Rossana Viola_NOPLASTIC_Alexandra Mas-14

performance & screening - No plastic

Art Miami - Official calendar - Aqua Art

December 6 2019, 3pm

by the beach,

1500 Ocean Dr. Miami Beach, 33139

ART MIAMI

Future Art Show

SunGod-mini.jpg

Vernissage February 11th - 3 to 10pm

(exclusivement sur invitation)

28 groupes, correspondant à autant de sensibilités ou de tendances de l’art actuel

Groupe de François Fasnibay:

"Voyages Instantanés"

Ouvert au public du Mercredi 12 au Dimanche 16 février 

(réservez vos billets en ligne)
Mercredi 12, Vendredi 14, Dimanche 16 Février de : 11h à 20h
Jeudi 13, Samedi 15 Février de : 11h à 22h.

Salon Comparaisons

Grand Palais-Art Capital

Future Art Show

© 2020 Alexandra Mas

par Eric Pajot

une marche libre vers la beauté

L'Homme moderne a oublié que le message qui le touche dans son essence primordiale n'est pas l'information analysée et comprise du cerveau gauche plus précisément mais le message intuitif, non analytique du cœur. La compréhension directe à travers ce processus est bien plus informationnelle que celui de la raison et de l'analyse. 

Nous en avons une expérience directe, immédiate et transcendante qui nous parle au plus profond de nous. Cette information ne nous trompe jamais car elle ne découle pas d'un processus de raisonnement et de compréhension mais d'une intuition, d'une in-formation qui prend souvent la forme d'une émotion lorsqu'on veut bien laisser en sommeil nos réflexes analytiques et rationnels. 

 

Oui, nous cherchons en permanence à rationaliser notre monde pour nous y sentir en sécurité. Ne pas comprendre c'est perdre ses repères et se sentir vulnérable face à la complexité toujours croissante qui nous entoure. Alors nous contrôlons, quantifions, analysons etc, afin de nous rassurer. A force d'avoir réduit le monde à des sommes, des chiffres, des courbes analytiques et autres big data, nous avons réduit également notre potentiel à y vivre libre et à le ressentir aux travers de nos sens. Nous nous sommes enfermés petit à petit dans un monde d'objets de choses et aujourd'hui de données. Le concret, le palpable, le réel à tout prix nous garanti cette réserve de sécurité de plus en plus nécessaire au fur et à mesure que s'évanoui en nous notre relation subtile au monde à sa compréhension directe et au dialogue entretenu durant des milliers d'années avec lui. Ce que l'on appelle "la raison" est devenue une folie,  les conséquences sont devant nous aujourd'hui.

 

 

Puisse l'Art réveiller la part magique de l'homme et du monde, cette capacité innée qui demeure en chacun de nous, pour certain oubliée et pour beaucoup dénigrée.

Modern men forgot what touches his primordial essence is not an analytic information understood by the left brain, but the intuitive message, non-analytical, of the heart. A direct comprehension through the heart way, is much more informational than the one of the reason and analyse.

Our experience is direct, immediate and transcendent, talking directly into our depths. This information could never delude us because, there is no rational process and logical understanding, but an intuition, an in-formation that often takes the shape of an emotion, when we are willingly keeping dormant our analytical and rational reflex.

 

Yes, we are permanently rationalising our world so we can feel secure. Not understanding is like loosing our landmarks and feel vulnerable in front of this ever-growing complexity surrounding us.  So, to be reassured we control, we measure, we analyse etc.  Reducing our world to amounts, numbers, analytical curves and other bit data we also shrunken our potential to freedom and experience our lives through our senses.  We solely closed ourselves in a world of objects, things and now, data. The concrete, palpable, real by all means, guaranties us the more and more needed safeness; as our subtle relation with the world, the millennial dialogue with its direct comprehension, fades away. What we call “reason” has become insanity and we can see the consequences today.

 

May Art awake the magic part in Men and in the World, this natural capacity dwelling in each of us, forgotten for some but by many denigrated.